Bien circuler et stationner en ville

 

Une zone bleue avec disque est instituée de 9h à 19h, sauf du 1er juillet au 31 août ainsi que les dimanches et jours fériés, dans tout le centre ville, excepté sur la place Emile Leturcq et sur les différents parkings que compte la municipalité. Des signalisations verticales et horizontales matérialisent cette zone bleue.

 

Par ailleurs, 6 parkings situés en centre ville, gratuits et sans zone bleue, sont à la disposition des Albertins et des visiteurs :

– place Emile Leturcq – 248 places dont 2 places handicapés

– parking de la Gare – 164 places dont 2 places handicapés

– parking de la rue de Boulan – 45 places dont 1 place handicapé

– parking de la rue de Bordeaux – 29 places dont 1 place handicapé et un emplacement pour motos

– parking de la rue Abel Pifre – 10 places

– parking de la rue Chandenier – 29 places dont 1 place handicapé

– parking de l’ancien site ESSO – 18 places dont 1 place handicapé

 

Voir les rues concernées par la zone bleue et les emplacements des parkings en cliquant ici

Bien stationner, c’est savoir utiliser toutes les possibilités offertes par la ville, mais c’est aussi savoir respecter les zones bleues ou encore les emplacements réservés, et éviter le parking « sauvage » ainsi que les voitures « ventouses »

Lorsque je circule dans la « zone 30 », je veille à contrôler ma vitesse, et je sais que les piétons sont systématiquement prioritaires, même en dehors des passages protégés. Téléchargez le plan avec la zone 30

La « zone bleue » est faite pour assurer une fluidité du stationnement en ville et éviter le phénomène des « voitures ventouses » qui monopolisent les places de parking : je n’oublie pas de mettre mon disque derrière le pare-brise et je respecte le créneau de 1h30 qui m’est accordé. Par ailleurs, commerçants, n’oubliez pas, le bon sens commercial enseigne qu’une place de stationnement occupée par votre véhicule, c’est un client qui ne peut pas se garer… Téléchargez le plan avec la zone bleue

50 km/h en ville c’est déjà beaucoup surtout si un enfant traverse brusquement ! et c’est beaucoup trop pour les boosters alors je veille à adapter, voire réduire ma vitesse en ville.

Quand je suis automobiliste, je n’oublie pas que, quand je suis piéton, j’apprécie que l’on me laisse passer et je respecte les passages piétons. Quand je suis piéton, je ne traverse pas n’importe où et n’importe comment. Je regarde toujours des deux côtés avant de traverser.

Les places réservées aux personnes handicapées ainsi qu’aux grands invalides civils et de guerre sont faites pour faciliter la vie des personnes à mobilité réduite : je les respecte et je n’y gare pas mon véhicule.

Je ne me gare pas devant les portes cochères ou les sorties de garage. Le stationnement y est interdit et je les laisse libres.

Par sécurité pour moi et pour les autres, je ne stationne pas aux endroits dangereux, comme les passages piétons ou les virages.

Lorsque je n’ai que 500 mètres à faire et que je suis alerte, je préfère marcher ou prendre mon vélo plutôt que ma voiture.

Certaines rues sont équipées de piste cyclable sur les trottoirs. Dans ce cas, et seulement dans ce cas, je peux circuler à vélo sur le trottoir. Dans toutes les autres rues, seuls les enfants jusque 8 ans peuvent rouler sur les trottoirs, en respectant bien évidemment les piétons qui sont prioritaires.

La circulation en ville, nous y sommes tous sensibles, contribuons tous à l’améliorer.